Go to Top

À propos de moi…

Eleonora Lastrucci

Eleonora c'est mon nom et la mode représente une part importante de ma vie.

J'aime dessiner. Je le fait depuis l'âge de 5 ans. Les tissus sont mes jouets; les couleurs, ma lumière quotidienne.

Je suis née à Prato, d'une famille de fabricants textiles. Mon père Noris, il m'a initiée à la profession et m'a élevée dans son entreprise. Là, j'ai appris à mettre sur papier mes idées. Surtout, à reproduire les rêves des femmes.
J'ai étudié, en obtenant mon diplôme, à l'école d'Art de Florence.

Ensuite, je me suis spécialisée en stylisme mais c'est dans mon travail, dans mon bureau ou bien assise au secrétaire à la maison, que ma veine créative s'épanche.

Je dessine tout le temps. Robes de mariée, robes de soirée, costumes de scène. J'arrive à rèaliser fidèlement ce que j'imagine, ce qui m'émouve le plus. Je ne crois pas à la construction, à l'elaboration d'un vêtement. Au contraire, je recherche et écoute l'inspiration. Et elle, quand elle arrive, tu dois la saisir. A n'importe quel moment.

J'ai collaboré avec des grands maîtres comme Enrico Coveri. Il m'a appris l'art du coleur. A mélanger sa vivacité. A éclairer les vêtements, en leur donnant cet aspect irisé qu'un célèbre photographe a dèfini « caravaggesco ». Roberto Cavalli, qu'à une autre époque venait à imprimer ses jeans dans l'entreprise de famille, il m'a appris la légèreté. C'est comme ça que j'ai écouté mon aptitude naturelle. Qui s'était d'ailleurs déjà montrée dans beaucoup de créations d'adolescent, mais peut-être pas complètement exprimée avec la force intérieure que je sentie.

Mon rêve utopique, qui est quand même mon ambition la plus grande, est de créer des robes qui soient universellement belles. Je voudrais démontrer, concrètement, que la beauté est absolue. Que l'élegance ne peut pas demeurer dans le faible, conventionnel coin de la subjectivité.

Je n'arrive pas à imaginer des robes que ne sont pas très belles. Je n'arrive pas à imaginer des robes qui n'enrichent pas les femmes, qui ne les colorent pas et surtout qui ne les passionnent pas. Je ne peux pas penser qu'une robe simplement couvre un corps.
Mes créations envelopperont chaque femme dans sa propre beauté.

Car chaque femme est belle à sa manière !